Jadis…

Situé au cœur d’un parc naturel en gestation mais également repris dans une “zone de protection spéciale”, Strainchamps est un petit hameau de l’Ardenne belge, d’une centaine d’habitants, niché dans la vallée de la Sûre, jolie rivière poissonneuse ondulant gentiment dans un paysage où alternent prairies et forêts d’épicéas. Étire à flanc de colline (entre 385 et 515 mètres), Strainchamps abrite ce que tout le monde appelle ici son “château”, une grande maison bourgeoise flanquée d’une tour.

Dès l’époque romaine, l’occupation du village est attestée. Strainchamps possède plusieurs grands domaines agricoles et occupe une position privilégiée, au bord de la voie romaine Arlon-Tongres, dont le promeneur peut encore voir le tracé le long de la N4.       

Au cours du Moyen-Âge, Strainchamps est une seigneurie importante: les De Strainchamps et les Du Trux possèdent haute, basse et moyenne justice et n’hésitent pas à pendre haut et court les paysans qui narguent leur autorité.       

Au XVIIe siècle, Strainchamps, comme tout le Duché de Luxembourg, passe aux Habsbourg d’Autriche. La tradition locale rapporte d’ailleurs que l’impératrice Marie-Thérèse aurait séjourné au village vers 1750. Elle aurait visité le moulin et la tannerie, édifiés sous son règne, et fait don d’une clochette en bronze au maître des lieux…       

Le régime seigneurial s’effondre avec la Révolution française, bientôt suivie par l’indépendance belge (1831). La mise en vente des landes décrétée par le nouvel Etat belge en 1847 transforme bientôt le paysage. A la place des terres incultes peuplées de genêts, de bruyères, de fougères, on aligne les régiments d’épicéas si caractéristiques de l’Ardenne d’aujourd’hui.       

Cette région idéale pour la randonnée est si paisible aujourd’hui qu’il est bien difficile d’imaginer qu’elle fut le théâtre d’un des épisodes dramatiques de la seconde guerre mondiale. En décembre 1944, rassemblant les dernières forces du Reich, Hitler lance en effet la célèbre contre-offensive des Ardennes. Le 20 décembre, la Wehrmacht pénètre à Strainchamps, mais les soldats américains font sauter le pont sur la Sûre. Les crues de la rivière empêchent l’ennemi de passer. Strainchamps est alors le point extrême de l’avance allemande. Pendant cinq jours, le village subit l’enfer des bombardements. Le jour de Noël, les Allemands décrochent et les G.I. reprennent le village.

 Le Château, lui, est en fait un ensemble de bâtiments construits à des époques différentes. Avant sa transformation en hôtel, il était la résidence d’une des dynasties de notaires qui constituaient la grande bourgeoisie des villages ardennais. La partie la plus ancienne est la grange, à gauche du bâtiment principal. Son implantation remonte à 1701. En 1861 est édifié l’actuel corps de logis, ainsi que le colombier. La tour est ajoutée en 1905. 

Le 28 avril 1990, Frans et Paulette Vandeputte-Lalande y inaugurent leur hôtel-restaurant. Elle vient d’Honville, un hameau proche de Strainchamps, et a étudié à l’école hôtelière de Bouillon. Il est né à l’autre bout du pays, à Roulers, et a fréquenté l’école hôtelière de La Panne. Après avoir travaillé ensemble pendant dix ans aux côtés de Michel Haquin, d’abord à Bruxelles puis dans le luxueux décor du Trèfle à Quatre, au bord du lac de Genval, ils décident de se retirer à Strainchamps et d’y rénover amoureusement leur grande maison ardennaise.

Le Château de Strainchamps http://www.chateaudestrainchamps.com/hotel-restaurant-gastronomique/menus/
Rue des Vennes, 29 - Luxembourg 6637 Fauvillers
Tel : +32 63.60.08.12 | Fax : +32 63/60.12.28 | Email : contact
© Copyright 2018 - Réalisation: Expert Google AdWords - Château de Strainchamps | Bastogne | Ardennes | Luxembourg